Sélectionner une page

Le démarchage téléphonique est une pratique très en vogue dans le domaine des contrats d’assurance. Bien qu’elle soit profitable pour les ventes en un temps, elle devrait avoir moins de portée en raison de l’adoption d’une nouvelle loi. Que faut-il retenir de cette nouvelle législation ? Comment les courtiers pourront-ils opérer dorénavant ? Le présent billet apporte les réponses à ces préoccupations.

Une nouvelle loi qui change la donne pour les contrats d’assurance par téléphone !

Le mardi 16 février 2021, le Sénat a adopté une proposition de loi relative à la réforme du courtage de l’assurance et du courtage en opérations de banque et en services de paiement. Pour ce qui a trait au démarchage téléphonique, il faut consulter deux amendements présentés par le gouvernement et approuvés par les sénateurs. Même si la pilule semble dure à avaler pour les courtiers, les consommateurs s’en réjouissent.

Aux termes des dispositions de cette loi, les ventes en un temps sont désormais interdites. Par conséquent, toutes les offres de contrats d’assurance acceptées par téléphone ne sont plus valables. Ainsi, vous ne serez plus contraint par les conseillers de compagnie d’assurance.

L’organisme en charge du contrôle des métiers de la banque et de l’assurance annonçait déjà les couleurs de cette réforme légale. En effet, depuis quelques mois, l’APR avait rédigé une charte de bonnes pratiques qui déconseillait la vente au téléphone.

Quel est l’intérêt d’une telle réforme pour les acteurs ?

En dehors de la quiétude qu’elle accorde aux assurés qui seront moins harcelés au téléphone, la nouvelle législation vient à point nommé. En effet, le risque de hausse de fraudes via le démarchage téléphonique en période de confinement était considérable. Les populations vulnérables pourraient accepter des offres afin de faire d’apparentes économies sur leur assurance. Depuis l’entrée en vigueur de cette loi, l’interdiction de ces ventes en une fois sera contrôlée par la répression des fraudes.

Par ailleurs, les courtiers pourront toujours faire des appels. Toutefois, les échanges ne devront se limiter qu’à la proposition d’offres commerciales et au conseil. Les appels auront un simple caractère informatif puisqu’il n’y aura aucune décision de validation de changements d’offres.

En dépit de ces nouvelles règles, les appels commerciaux vont s’intensifier puisque c’est une activité rentable.